Accueil | Les précédents édito | Actualité

VIOLENCES

Fil des billets

jeudi, 3 juin 2010

LA CLEF : LE CORPS N’EST PAS UNE MARCHANDISE


Cliquez sur le lien pour visionner la vidéo de la CLEF :
"Foot, Sex and Sun" :

La CLEF réaffirme sa position abolitionniste et s’associe aux nombreux mouvements de mobilisation dans le monde pour protester contre la collusion entre sport, argent et prostitution qui se banalise autour des événements sportifs mondiaux.

En 2006, à l’occasion de la coupe du monde de football en Allemagne, la mobilisation avait été forte à l’appel de la Coalition contre la traite des femmes (CATW) et Femmes Solidaires. Responsables politiques et personnalités sportives s’étaient engagés contre la prostitution*.

Qu’en est-il quatre ans plus tard pour la coupe du monde de football en Afrique du Sud ? Le 1er mars 2010, lors d’une conférence de presse, le Secrétaire Général de la FIFA, Jérôme Valcke, déclarait : « la prostitution arrivera. On ne peut rien y faire ».

Avec 4 millions de places à vendre, 500 000 touristes sportifs attendus, et 1 milliard de préservatifs commandés par le gouvernement sud-africain, combien de personnes prostituées sont attendues ? Des milliers certainement, des dizaines de milliers peut-être, en provenance du monde entier mais aussi des quartiers et villages d’Afrique du Sud souffrant d’une extrême pauvreté*.

La prostitution est une violence qui frappe les femmes de plein fouet. Ce n’est pas une fatalité, mais un fléau qu’il faut combattre. La coupe du monde de football doit rester une fête sportive et ne doit pas être synonyme de drame humain.

Contact : 06 77 02 71 26 – Olga Trostiansky, Présidente

* Diffusion d’un spot TV « Ne soyons pas complices » lancé par le Ministère de la Jeunesse et des Sports dans lequel intervenaient notamment Raymond Domenech et Marie-josé Perec.
* En mars 2010, la « Central Drug Authority » sud-africaine déclarait que 40 000 prostituées seraient attendues dans le pays ; Virginia Tilley, chercheuse au Human Sciences Research Council et co-auteure d’une étude commandée par le Parquet général sud-africain, attire l’attention sur la non fiabilité de ce chiffre : « World Cup heightens human trafficking risk : study » (AFP) – Mar 24, 2010.

jeudi, 9 avril 2009

Le système prostitutionnel

C’est un des piliers de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes. Deux visions antagonistes : pour les uns le corps humain, le sexe des femmes comme produit marchand à intégrer dans l’économie mondiale ; pour les autres l’achat de « services sexuels » est considéré comme un frein à l’égalité entre les femmes et les hommes.

On distingue :
Les pays règlementaristes considèrent la prostitution comme une activité professionnelle quelconque. Ceci a pour corollaire la légitimation des proxénètes comme industriels du sexe et les clients comme consommateurs de sexe et non la liberté pour les prostituées. (Pays-Bas, Allemagne)
Les pays abolitionnistes refusent toute règlementation qui légitime le système prostitutionnel. Les prostituées ne sont pas sanctionnables, leur consentement est sans conséquence pénale. Par contre les proxénètes sont criminalisés et les clients peuvent être poursuivis pénalement. (Belgique, France)
Les pays prohibitionnistes criminalisent les prostituées et les proxénètes, les clients peuvent être poursuivis pénalement
Tant que l’achat de services sexuels ne sera pas pénalisé, que l’atteinte à la dignité et à l’intégrité de la personne humaine ne sera pas interdite, tant qu’on pourra acheter un autre être humain enfant ou adulte, toute femme sera considérée comme achetable, ce ne sera qu’une question de prix.
Il convient de mener des campagnes d’information à destination des jeunes générations, pour faire prendre conscience du caractère inacceptable de la prostitution, et de lancer une réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour décourager efficacement la demande.
En effet, la prostitution obéit à un mécanisme de marché. C’est le client qui est à l’origine de la demande que les prostituées – dont la vulnérabilité est totale – sont chargées de satisfaire. C’est en s’attaquant à la demande, donc à la source de profitabilité de ce sinistre marché, que les pouvoirs publics pourront mener une action efficace.
L’idée reçue selon laquelle sans prostitution les violences envers les femmes seraient accrues est contredite par de nombreuses études (depuis celle de Kathleen Barry en 1979), qui prouvent l’inverse : liens entre inceste, viol, violence domestique et dans l’espace public ainsi que les divers trafics liés au système prostitutionnel.

  • La traite des êtres humains

Des bonnes pratiques de lutte contre la prostitution

  • La mairie d’Amsterdam prend des mesures pour lutter contre le système prostitutionnel

Liens sur le Système prostitutionnel

  • Le régime juridique de la prostitution en Europe (source : sénat)
  • DVD du Lobby européen des femmes « Pas à vendre » « Not for sale »
  • Le site de la « coalition against trafficking in women » (CATW) est une organisation non-gouvernementale qui lutte contre toutes les formes d’exploitation sexuelle, notamment la prostitution et la traite des personnes et des enfants, en particulier celle des filles.