Accueil | Les précédents édito | Actualité

13° Edito : Conférence Internationale sur la parité à Dakar - 17 et 18 juin 2011

photo de gauche à droite Saida Draoui de l'AFTURD Tunisie, Michèle Vianès, Awa Ndiaye, Ministre du genre du SénégalA l’initiative de Madame Awa NDIAYE, Ministre de la Culture, du Genre et du Cadre de vie, sous la présidence du Chef de l’Etat et avec la collaboration du Ministère des Affaires Etrangères, le Sénégal a organisé les 17 et 18 juin 2011 une conférence Internationale sur la parité, en partenariat avec ONUFEMMES, le FNUAP, le PNUD, l’UNICEF, la CEDEAO[1], GAMIC[2], l’AFARD[3],…

 

 

 

 

Inscrire la parité au cœur du développement, au-delà de la loi :

 

 

 

 

Enjeux et perspectives.

Près de 400 participants/tes, venant principalement d’Afrique, ont échangé sur leurs actions de plaidoyer pour faire reconnaitre le principe de parité dans les législations des pays et sur les expériences d’institutionnalisation.

Les sessions plénières ont eu pour thème :
 

  • Parité : concept, expériences, enjeux,
  • La parité dans les cadres communautaires,
  • Plaidoyer pour l’équité, l’égalité et la parité au niveau africain et à l’échelle internationale,
  • Parité de genre et atteinte des objectifs du millénaire du développement : partage des expériences réussies et bonnes pratiques

Michèle Vianès, présidente de Regards de Femmes, a rappelé les débats pour faire voter en France la loi sur la parité, première mondiale, ainsi que les difficultés d’application lorsque la loi n’est pas contraignante (scrutin uninominal).
4 ateliers simultanés (Différents décideurs, Associations féminines, protocole d’intégration du genre dans l’espace CEDEAO et jeunes leaders) ont permis d’affiner un certain nombre d’actions stratégiques ainsi qu’un cadre de coordination et de suivi pour rendre effective la parité.

Odile Ndoumbé Faye, Secrétaire exécutive de l’Afadr et rapporteure générale de la conférence a rappelé l’article 9 de la Déclaration des chefs d’Etats de Maputo (Mozambique), concernant l’égalité des genres, pour décliner l’argumentaire élaboré par les participants dans la Déclaration solennelle sur l’égalité entre les femmes et les hommes :
 

  • Effectivité de la participation accrue des femmes et des filles dans les instances de décision,
  • Promotion d'un observatoire de veille sur l'égalité du genre,
  • Incitation des États à l'instar du Sénégal a une représentativité égale de femmes et d’hommes dans les institutions électives et semi- électives,
  • Renforcement de la synergie entre les pays membres de la CEDEAO, de l’UA et les organisations de la société civile pour une participation paritaire,
  • Incitation à la mise en œuvre des résolutions 1325 et suivantes du Conseil de Sécurité des Nation Unies pour la participation active des femmes et des jeunes filles dans les processus de prévention, de gestion de conflits et d’accords de paix,
  • Demande aux États de soumettre périodiquement leur rapport à l'UA, tel que prévu dans la déclaration solennelle,
  • Demande aux États de signer, ratifier, harmoniser et mettre en œuvre la charte Africaine de la jeunesse.

Conventions Internationales et panafricaines qui appellent à une présence significative des femmes dans les organes de décision :

  • Convention CEDEF
  • Plate-forme d’action de Pékin (1995) Engagement des États à encourager et accélérer la participation des femmes à la prise de décision dans tous les organes publics et politiques
  • Protocole additionnel à la charte africaine relatif aux droits des femmes en Afrique (2003) tous les États africains se sont engagés à prendre des actions spécifiques pour promouvoir la participation paritaire des femmes dans la vie politique de leur pays
  • Déclaration solennelle sur l’égalité entre les hommes et les femmes en Afrique (2004) les États membres de l’Union Africaine s’engagent à assurer la parité à tous les organes de la commission, aux communautés économiques régionales.
  • CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) impliquer davantage les femmes en tant qu’actrices du développement dans le processus d’intégration régionale
  • SADC (Communauté de développement de l’Afrique Australe) Les Etats membres doivent assurer la parité dans les instances de prise de décision des secteurs publics et privés d’ici 2015

[1] Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.
[2] Réseau, Le genre est mon agenda.
[3] Association des femmes africaines pour la recherche et le développement.

[ Consultez les précédents Edito ]