Accueil | Les précédents édito | Actualité

4 ° Edito :

La Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes (CEDEF ou CEDAW)

Un outil trop méconnu. [POUR EN SAVOIR PLUS]

Les gouvernements signataires de la CEDEF sont invités à présenter tous les 4 ans un rapport qui décrit l’évolution des politiques en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes conduites pendant cette période.

ONUCette convention, ratifiée par la France en 1983, est méconnue. Les travaux législatifs l'évoquent rarement, et il semble n’y avoir aucune jurisprudence s'y référant.

La France a soumis son dernier rapport en 2006. Les experts ont rendu leurs observations finales en 2008, après audition des recommandations émises par les ONG accréditées et du gouvernement.

La Coordination française du Lobby européen (CLEF) qui regroupe près de 80 structures associatives concernant les droits des femmes a élaboré un rapport alternatif, à partir des contributions de ses membres, se déclinant en 5 parties :

  1. 1. Contexte législatif et institutionnel dans lequel s'applique la CEDEF

    2. Participation des femmes à la vie politique et publique

    3. Persistance des stéréotypes et des préjugés sexistes

    4. Discriminations collectives à l'égard des femmes dans l'emploi, et à l'égard des femmes immigrées et des femmes d'outre-mer.

    5. Violences à l'égard des femmes

Le rapport alternatif confirme les avancées législatives importantes : lois sur la parité dans les élections, sur le port des signes religieux à l'école, sur le divorce ou sur la prévention et la répression des violences au sein du couple.

Le rapport alerte sur des lois qui ont des effets très défavorables pour les femmes comme celle sur la sécurité intérieure, celle sur les retraites et celles sur l'entrée et le séjour des étrangers.

La question essentielle, en France comme ailleurs, reste le passage dans la réalité des acquis juridiques. La lutte contre les stéréotypes sexistes ainsi que la visibilité d’un plus grand nombre de femmes dans les instances de décision politiques et professionnels sont à développer pour éliminer les préjugés sexistes et dissoudre la hiérarchie hommes/femmes.

Éradiquer les discriminations envers les femmes passe par la lutte contre les violences « tolérées » : le système prostitutionnel, les coutumes mutilantes, les traditions opprimantes qui portent atteinte à la dignité et à l’autonomie des femmes.

[ Consultez les précédents Edito ]