Accueil | Les précédents édito | Actualité

7° Edito :

53° SESSION DE LA COMMISSION DE LA CONDITION DE LA FEMME 2-13 MARS 2009

L‘objectif était de favoriser le partage égal des responsabilités, y compris dans les soins dispensés aux personnes atteintes du VIH/sida.

Les inégalités entre les femmes et les hommes dans le partage des tâches domestiques et des soins continuent à exister partout dans le monde et s’expliquent, entre autres, par des rapports de force inégaux entre les deux sexes et par les stéréotypes persistants sur leurs rôles respectifs.

La participation disproportionnée des femmes et des filles dans les travaux domestiques, y compris dans les soins à dispenser, entraîne des difficultés dans nombre de domaines, y compris dans l’accès à l’éducation et à un travail rémunéré. La présence de femmes légitimant la hiérarchie archaïque patriarcale hommes/femmes, sous prétexte religieux, a des effets néfastes. Elles empêchent l'accès à l'autonomie et l'émancipation des autres femmes.

Ce partage inégal des tâches limite aussi leur possibilité de jouer un rôle à tous les niveaux des sphères de décision, thème de l’évènement parallèle partagider.fr, organisé par la coordination française du lobby européen des femmes et regards de femmes.

La valeur économique du travail non rémunéré des femmes n’est pas non plus suffisamment reconnue, y compris dans les comptabilités nationales, ce qui compromet la reconnaissance du rôle des femmes dans le développement social et leur contribution à la croissance économique. Cette lacune n’est pas sans conséquences dans le contexte de la crise financière mondiale.

La pandémie du VIH/sida a contribué encore à renforcer le rôle d’aidant joué par les femmes et les filles, en particulier lorsque les systèmes de santé sont insuffisants. Les responsabilités vont des soins quotidiens aux personnes atteintes du VIH/sida à la prise en charge des enfants dont les parents sont morts du sida. Ce surcroît de responsabilités peut avoir de lourdes conséquences sur la santé et le bien-être de ces femmes, influant sur leurs moyens d’assurer leur subsistance et de subvenir aux besoins de leur famille.

Les témoignages sur les mesures prises dans les différents pays pour encourager les hommes à partager les responsabilités ont permis d’échanger les bonnes pratiques dans ce domaine.

[ Consultez les précédents Edito ]