Accueil | Les précédents édito | Actualité

Textes de réflexion

Les quotas de femmes : imposés par la loi ou laissés au libre choix des partis ?

Par Drude Dahlerup, professeure de sciences politiques, Université de Stockholm.

Un système de quotas mal adapté au système électoral en vigueur peut rester purement symbolique et susciter la frustration de tous les défenseurs des quotas, comme c'est le cas en France à l'échelon national, mais non local, voir : quotaproject.org

Les questions importantes à se poser sont les suivantes : tout d'abord, qui est habilité à imposer des quotas de femmes ? Ensuite, quel est le système, législatif ou volontaire, améliorant le plus la participation politique des femmes à court et à long terme?

Intégrer la notion de genre à la démocratie

Par Maître Françoise Khaudjis-Offomou - Présidente - Fondatrice de l'Association Internationale pour la Démocratie en Afrique (AID-Afrique)

La démocratisation définie comme le gouvernement du peuple,  par le peuple et pour le peuple, est une doctrine politique de l'antiquité gréco-latine.

Reprise par l'usage moderne depuis 1791, cette doctrine soutient que la souveraineté appartient aux Citoyens. La démocratie antique excluait ainsi les non citoyens notamment les esclaves et les femmes.

En ce millénaire où les femmes sont considérées comme citoyennes à part entière, la bonne pratique de la démocratie, la démocratisation qui est l'action de conduire à la Démocratie et qui apparaît comme un projet de société, devrait permettre  d'établir un certain équilibre en se focalisant  sur l'effectivité de l'ensemble des droits humains dans la mise en place des institutions d'un pays et leur fonctionnement.

Pour se faire, la prise en considération du genre sera nécessaire, cet outil conceptuel qui permet d'articuler les unes aux autres les diverses caractéristiques d'un groupe d'être humains (femmes/hommes ou pauvres/riches) dans un milieu donné.

Le genre permet d'appréhender en tant que combinaison cohérente la quasi totalité des aspects d'un groupe humain et de les expliquer en fonction de l'activité productive, des rapports entre les composantes de ce groupe des aspects spécifiques des données naturelles. Il se réfère aussi aux responsabilités et aux besoins des composantes de ce groupe.

Aussi, en intégrant le Genre à la Démocratisation, la représentation des femmes aux sphères de prise de décision pourra s'améliorer.

Si l'on prend le cas de la Côte d'Ivoire qui couvre une superficie d'environ 322.000 Km2  d'habitants avant la crise et avec 49% de femmes, il n'y a aucune femme Présidente d'Institution et le quota de 30% aux postes de responsabilités demandé par Beijing 95 n'est nullement respecté, malgré les Déclarations de bonnes intentions.

Seule l'adoption et l'application d'une loi sur le quota en vue de la parité peut changer les choses.

[ Retour dossier Parité Politique ]